De Rosa Gallica Officinalis à la Rose de Provins

Naissance d’une légende

En 1240, le célèbre Thibaut IV, comte de Champagne et roi de Navarre, grand seigneur et troubadour du XIIIe siècle, revient de la Sixième croisade en terre Sainte. On conte qu’il en ramène l’espèce Rosa Gallica Officinalis, connue aussi sous le nom de Rose de Damas. Il en ornera ses palais et ses jardins, en donnant à cette belle fleur ses nouvelles lettres de noblesse sur les terres de Champagne et de France. La fleur allait être rebaptisée bientôt, « Rose de Provins ». Elle allait devenir aussi une des emblèmes de cette belle cité, au point d’être aujourd’hui étroitement attachée à son patrimoine historique.

Au fil de l’Histoire, l’attachement de Provins à cette rose deviendra tel qu’on en fera même présent sous des formes diverses aux invités de renom venu visiter la cité. La Rosa Gallica sera encore intégrée à nombre de cérémonies et fête profanes ou religieuses que l’on donne dans la cité. Du reste, bien avant d’être importée en France et dès l’antiquité, le rôle social de Rosa Gallica semble être établi et on peut la retrouver dans des rituels qui accompagnent les moments importants de la vie. Elle semble notamment avoir joué un rôle dans le culte des morts.

Caractéristiques de la Rose de Provins

Description de Rosa Gallica Officinalis

Originellement, la Rosa Gallica Officinalis est une espèce de rosier qui vient d’Europe centrale et méridionale ainsi que d’Asie occidentale, principalement de la Turquie, au Caucase. Il s’agit d’un végétal ligneux à feuilles caduques qui peut atteindre plus d’un mètre de haut. La structure de ses fleurs est assez épurée, avec une corolle qui accueille en tout 5 pétales roses légèrement parfumées.

Culture et caractéristiques

Dans l’horticulture, la rose de Provins figure dans la liste des plantes faciles à cultiver. Cette variété ne nécessite pas grand-chose pour prospérer et se développe assez rapidement pour occuper un espace conséquent. Il suffit que la racine soit enfoncée dans un sol bien drainé et exposé pour que la Rosa Gallica Officinalis s’épanouisse dans toute sa splendeur. À noter que cette plante arrive à survivre même dans des températures négatives qui atteignent les moins 25°C. C’est, sans doute, cette résistance qui explique en partie le succès de Rosa Gallica Officinalis chez les Grecs et les Romains, dès les temps anciens. A en croire certains récits, elle est même l’une des plus importantes variétés de rosiers à avoir être cultivée. Du reste, de nos jours, un pourcentage considérable des roses issues des cultures modernes en Europe dispose d’au moins une partie provenant de la Rosa Gallica Officinalis dans leur généalogie.

Quelques variantes hybrides connues issues de Rosa Gallica Officinalis

Il existe, à partir de la Rosa Gallica Officinalis un bon nombre d’espèces hybrides ou mutantes qui affichent une structure similaire à la fleur d’origine, mais avec quelques variantes particulières. Tels sont les cas, entre autres, des Rosas Gallicas « Conditoum » qui porte aussi le nom de la rose de Hongrie, de la Rosa Gallica « Pumilla » connue sous le patronyme de rose d’amour ou également la Rosa Gallica « Versicolor » qui s’appelle aussi Rosa Mundi.

Les vertus médicinales de la Rose de Provins

Avant son arrivée en France, on connait déjà cette belle fleur dans le monde gréco-romain pour ses vertus odorantes et apaisantes. Connue et mentionnée par Pline l’Ancien (23-79 ap JC), on l’utilise déjà dans diverses préparations médicinales. La reconnaissance de ses vertus curatives et cette renommée perdurera dans le temps. On la retrouvera, en effet, de la médecine arabe du grand Avicenne jusqu’aux physiciens de l’époque médiévale, et dans nombre de traités de pharmacopée du XIXe siècle. On prête à son essence bien des pouvoirs et on la considère comme un remède universel :  ce n’est pas, par hasard, que cette fleur est encore connue sous le nom de « Rose des apothicaires ».

De nos jours, Rosa Gallica Officinalis est encore présente dans de nombreuses préparations et notamment des huiles essentielles issues de ses pétales. En applications externes, elle est utilisée pour ses propriétés toniques et astringentes et pour la santé de la peau. Sous forme de tisanes, de sirop ou même de miel de roses, elle est réputée avoir des propriétés digestives ou relaxantes. (bien sûr, pour avérer la pertinence de son utilisation médicinale, il est fortement recommandé de consulter un professionnel de la santé).

Pour le reste, ses propriétés aromatiques lui confère aussi un usage dans certains préparations gastronomiques de grande finesse. A Provins, de nombreux d’artisans vous proposeront des produits basés sur l’utilisation de ses pétales : confit à la rose, tisane, miels, etc… Vous trouverez même certains de ses produits à la boutique de la Roseraie.